Salut à tous,

Je vous l’avais promis dans mon dernier article, voici pour vous l’interview de Marie, ancienne étudiante en PUB à l’IUT Paris Descartes. Marie a passé deux semestre dans le cadre d’Erasmus à Groningen.

« Pourquoi as-tu choisi Hanze University Groningen pour ton échange Erasmus?

Je n’ai pas réellement choisi la Hanze University. En fait c’était le seul échange Erasmus possible vers un pays anglophone après mon DUT. En revanche, j’ai choisi de me présenter aux sélections afin de partir en Erasmus et les Pays-Bas étaient une destination qui m’intéressait particulièrement.

Etais-tu déjà allé aux Pays-Bas?

Non je n’étais jamais allée aux Pays-Bas avant. Cependant, je n’avais eu que des échos positifs concernant cette destination en particulier pour la qualité de l’enseignement et pour la qualité de vie en général.

Quel était ton stéréotype des Hollandais quand tu es arrivée aux Pays-Bas ?

Des gens blonds et de grande taille. Ce stéréotype s’est avéré être vrai d’ailleurs. J’avais aussi cru comprendre que les Hollandais se déplaçaient majoritairement en vélo et qu’ils étaient assez proches de la nature, ces deux faits se sont vérifiés.

Comment les décrirais-tu après avoir habité pendant un an à Groningen ?

Les Hollandais sont pour la plupart assez ouverts d’esprit et en général très accueillant envers les étrangers. Je ne sais pas si cela s’applique à toutes les villes des Pays-Bas, mais à Groningen (ville étudiante et donc multiculturelle) il est très facile de s’intégrer et de trouver sa place.

Les Hollandais sont très différents des Français, en particulier des Parisiens, concernant leur attitude face au stress. Je n’ai jamais ressenti d’empressement chez eux comme c’est souvent le cas à Paris. Ce sont des personnes assez détendues et qui aiment profiter de la vie.

Qu’as-tu le plus apprécié dans ta vie d’étudiante Erasmus ?

Ce que j’ai le plus apprécié était le cadre de vie presque idyllique pour un étudiant. C’est comme si la ville entière nous était dédiée. Il est possible d’étudier à n’importe quel moment grâce aux bibliothèques accessibles tous les jours et tard dans la soirée. On peut faire la fête tous les jours grâce aux nombreux bars dans toute la ville. Le coût de la vie n’est pas excessif pour un étudiant et il est très facile de faire de nouvelles rencontres.

Est ce qu’il y a des choses que tu n’as pas aimé ? Qu’est-ce qui te manque aujourd’hui ?

Une seule chose m’a réellement déplu à Groningen : la météo ! C’est vraiment difficile de s’adapter et de supporter les rafales de vent et la pluie constamment présentes, surtout en vélo. Après presque un an, la diversité des activités qu’offre une capitale comme Paris me manquait également face à une ville de la taille de Groningen.

En ce moment je suis en dépression post-Erasmus : tout me manque, sauf la météo. La vie d’étudiant, les multiples rencontres internationales, la facilité de déplacement, le coût de la vie… toutes ces choses qui rendent la vie à Groningen si agréable me manquent.

Peux tu décrire la vie quotidienne d’un étudiant à Groningen ?

L’ambiance à Groningen est totalement différente de l’ambiance parisienne. On s’y sent incroyablement en sécurité et cela peu importe l’heure du jour ou de la nuit.

On se sent aussi nettement mieux accepté. Les gens ne vous jugent pas sur l’apparence, le style vestimentaire ou la personnalité comme ça peut souvent arriver à Paris.

La ville est toujours en mouvement. Des festivals musicaux y sont organisés, des fêtes foraines, des soirées étudiantes, des événements sportifs… Si l’on préfère être au calme on peut aller se promener dans un parc ou bien prendre un verre dans l’un des nombreux cafés (sympas et pas chers) de la ville.

Dès vos premiers pas à Groningen, vous êtes plongé dans l’atmosphère si particulière de la ville.

Les rues Groningen au crépuscule

En comparaison avec l’IUT ton année Erasmus a t-elle été difficile ?

Globalement, j’ai trouvé que les cours dispensés à la Hanze Université étaient simples. Après deux ans à l’IUT, j’avais acquis une solide base de connaissances en communication que je n’ai pas beaucoup complétée.

En revanche, il y a un côté beaucoup plus universitaire à la Hanze et cela a été un vrai challenge pour moi. On y apprend à effectuer des recherches en se basant sur des techniques très académiques. A l’exception de quelques cours, ce genre de chose ne s’apprend pas à l’IUT.

En conclusion de cette année Erasmus, quels sont les acquis qui vont t’aider dans ta vie professionnelle future ?

Le plus grand bénéfice que m’a apporté cette année en Erasmus est bien entendu une pratique courante de l’anglais. Autant à l’écrit qu’à l’oral, pratiquer cette langue constamment m’a permit d’enrichir mon vocabulaire, d’améliorer ma grammaire et surtout d’acquérir une certaine confiance en moi.

De plus le semestre en évènementiel, qui se veut réellement professionnalisant puisque nous devons travailler en étroite collaboration avec nos clients, m’a permit de justifier d’une réelle expérience.

Et puis travailler dans un contexte international, donc multiculturel, c’est savoir s’adapter à toutes les situations. C’est un atout non négligeable aujourd’hui.

Un conseil pour ceux qui ne savent pas encore quoi faire après l’IUT ?

Je conseille vivement l’échange Erasmus à tous ceux qui en ont la possibilité. C’est une expérience incroyable dont on se souvient toute sa vie. Outre le fait d’être une expérience humaine très enrichissante c’est un atout de taille sur un CV.

En revanche si vous n’êtes pas sûr de la suite de votre parcours je ne vous conseille pas ce type d’échange. Si vos moyens financiers vous le permettent, autant partir par vos propres moyens. On peut toujours poursuivre ses études après une pause d’un an… »

 

Léna