NDLR : Les propos qui vont suivre sont strictement personnels et n’engagent que la responsabilité de leur auteur.

A tous ceux qui s’attendent à un article bien lisse d’un journaliste gnangnan soucieux de ne froisser personne, ceci n’est pas pour vous. A tous les autres, ceci s’adresse à vous. S’il y a un sujet capable de divisé une famille en deux camps lors du traditionnel dîner dominical c’est bien celui-ci : Le mariage pour tous.

Lassée d’entendre des propos qui me choquent à la télévision, dans les journaux ou même dans les couloirs de l’IUT, me voilà à l’assaut d’un sujet passionnant mais polémique. J’ai réunis quelques arguments massues des antis et je compte bien vous montrer qu’ils ne tiennent pas la route :

« Le mariage est une institution qui doit unir un homme et une femme dans le but de construire une famille ». Cette réflexion est, au vu des évolutions de la société, complètement désuète. En effet, de plus en plus de couples se marient après avoir eu un enfant. Le mariage devient alors l’aboutissement d’une relation amoureuse, non plus son commencement. Et que diraient les « biens pensants » devant un couple de personnes âgées qui décident de s’unir alors que leur avenir est derrière eux ? Ils ne crieraient pas au scandale, ça non, certainement pas. Pourtant ils ne sont pas près de procréer ! Une contradiction de taille.

« Et le pacs ça leur suffit pas ? ». Les statistiques parlent d’elles même. Seul 40% des PACS en France concernent des couples homosexuels. Alors quoi ? Les 60% restants comptent pour du beurre ? Si certains couples ont optés pour le PACS et non le mariage c’est bien parce que l’un n’est pas un substitut de l’autre.

« Le mariage aux personnes de mêmes sexes c’est la porte ouverte à toutes les dérives ». A ceux qui sont capables de tels propos (comme l’archevêque de Lyon, très cher à mon cœur vous vous en doutez), je répond STOP à l’amalgame. En quoi l’union de deux personnes qui s’aiment ferait-elle tomber l’interdit de l’inceste ? Le lien entre les deux ne me paraît pas très clair et je ne pense pas être la seule à douter de cette thèse.

« Les enfants ont besoin d’une structure familiale stable composée d’un papa et d’une maman, on ne va pas les confier à un couple homosexuels ! ». Mais alors que dire des enfants de divorcés ? Leur structure familiale est-elle stable ? Non. Qui plus est, il est prouvé que les enfants comprennent les situations les plus complexes lorsqu’elles leurs sont expliquées. Ils grandissent aussi bien avec deux mamans ou deux papas qu’avec un papa et une maman. Le véritable problème ne viendrait-il pas de l’incapacité des adultes à expliquer les choses aux enfants ? En atteste les fréquents malaises de ceux-ci face à la question « Comment on fait les bébés ? ». A méditer. Les enfants, eux, sont bien loin des conventions…

« L’homosexualité est contre-nature, on ne va tout de même pas les autoriser à se marier ! ». Ce qui est « naturel » c’est ce qui est présent dans la nature. Or on sait que des comportements homosexuels existent ailleurs que chez les hommes. Allez donc faire un tour sur google et cherchez l’expression « être pédé comme un phoque ». Un peu de culture ne vous fera pas de mal et vous comprendrez que l’argument ne tient pas.

Si quelqu’un est contre cette union qu’il s’y oppose maintenant ou se taise à jamais.

Lyly