Hello! How are you? How is your day so far? C’est le moment où tout bon français regarde le vendeur qui vient de parler d’une façon bien trop joviale avec suspicion. Il me veut quoi lui ? Il croit que je vais lui filer du fric ou quoi ? C’est trop mort ! Eh non, c’est simplement la convivialité californienne (Et puis aussi le fait que les vendeurs doivent vendre un montant minimum pour garder leur travail. Mais bon, on va omettre ce léger détail.). Alors, un petit geste amical car, comme le dit la RATP, deux sourires échangés illuminent une journée.

Tandis que vous, petits parisiens enneigés, vous délectiez d’une semaine au ski ou d’un mois de décembre monotone, j’ai eu la chance de me rendre en Californie. Alors, pourquoi ne pas vous pondre un petit article sur l’expérience d’une humble française en territoire Los Angelessien ?

Pour les amateurs de paysages à couper le souffle et les plus patients d’entre vous, je recommande vivement la Scenic Route. Il faut compter le double du temps normal (12 heures de San Francisco à Los Angeles au lieu de 6) mais ce « sacrifice » vaut réellement le coup. Le Point Lobos, sur le chemin, est une réserve colossale qui offre une vue imprenable sur la mer. Il arrive qu’on puisse même y apercevoir des baleines.

Après une pause déjeuner à Carl’s Junior ou In-N-Out, vous êtes arrivés à LA ! Vous trouviez que les Champs Elysées étaient un axe immense ? Les américains se rient de nos petites routes campagnardes. Leurs avenues sont gargantuesques et il est assez difficile de s’y retrouver (au passage, un petit remerciement à l’inventeur du GPS).

Image

Un sapin d’une trentaine de mètres trône au milieu de ce centre commercial. Il est orné de boules de Noël géantes et de guirlandes qui se glissent lentement entre les aiguilles, avec l’agilité d’un reptile.

The Grove. J’évoquais dans un précédent article (que vous, lecteurs avides, avez, bien entendu, dévorés d’une traite) l’extase que les décorations de Noël parisiennes me procuraient. Je dois dire que sur ce point, nous sommes loin d’égaler les délicieux ornements californiens. Au Grove, l’onde d’un bassin miroite sereinement aux côtés du sapin, reflétant la clarté bienfaisante du soleil. On y trouve des jets qui se dandinent au son de la musique et des roches qui rappellent habilement une rivière. Nombre d’enseignes y sont représentées : Banana Republic, Gap, Guess, J. Crew, M.A.C, Michael Kors, Nike, Nordstrom, Swarovski, UGG Australia … Des classiques, quoi !

Farmers’ Market. C’est le moment de déroger à ce régime si contraignant ! Courez vous régaler au marché des fermiers. Vous avez l’embarras du choix en produits frais : gastronomie japonaise, chinoise, mexicaine, américaine, et même française ! La nostalgie vous gagne d’ores et déjà ? Un chef asiatique vous concocte une crêpe salée avec du pesto, des tomates, de la viande et un œuf. De quoi procurer l’eau à la bouche, n’est-ce pas ? Si votre estomac n’est toujours pas rassasié, vous avez la possibilité de dévorer une pomme d’amour ou du fudge (un coup de cœur spécial pour celui au chocolat et caramel).

Image

En chiffres, ça donne 72 acteurs, 200 costumes, une scène de 771 m², 174 enceintes, 603 jeux de lumière, 20 vidéoprojecteurs et 160 0000 watts de son.

Cirque du Soleil. Un des plus beaux spectacles qu’il m’ait jamais été donné de voir. Cette représentation, située à Hollywood, revisite habilement l’histoire du cinéma en musique à travers des acrobaties, des danses, des cascades … Tout cela alimenté par des projections ainsi que beaucoup d’humour (En passant volontairement sous silence le moment grotesque où un travelo entre en scène avec un sketch très décalé comparé à la beauté du spectacle.). Vous serez transportés et parfois même apeurés par les athlètes qui s’élancent au-dessus de vos têtes, avec la seule force de leurs bras. Scarlett vous guidera à travers son univers de pin-up et son amour pour un jeune danseur. Cette représentation est à couper le souffle, et pas un moment vous ne verrez le temps passer : que ce soit par la souplesse des contorsionnistes asiatiques ou par la course poursuite de gendarmes/voleurs à Broadway. Les actes s’enchaînent simplement, les uns, les autres, avec une fluidité remarquable. Qui ose dire que le cirque est has been ?

The Getty Villa. En reprenant le modèle d’une maison de campagne romaine (la Villa dei Papiri pour les plus cultivés), ce musée met en scène les cultures grecques, étrusques et romaines. On est loin de la richesse et diversité du Louvre, mais les expositions sont épurées et agrémentées de jardins tout à fait ravissants :

  • Le jardin aromatique : composé d’espèces végétales méditerranéennes connues depuis l’Antiquité (arbres fruitiers, arbrisseaux florifères et diverses herbes).
  • Le jardin de l’est : on y trouve un duplicata de la Grand Fontaine de Pompei, constitué de masques de théâtre et orné de coquillages colorés.
  • Le péristyle extérieur : de loin le coin le plus agréable de la villa. C’est un lieu paisible où on peut parler ou simplement penser le long d’une vaste piscine, avec la compagnie apaisante de statuts en bronze.

En définitif, bien que quelque peu déçue par le lieu réel en comparaison à la description qu’on m’en avait faite, un beau + pour cet établissement raffiné.

Image

Universal Studios. DisneyLand, c’est pour les bébés, d’abord ! Oui, oui. Nous aussi on pense que le manège de Blanche-Neige est bien mignon mais qu’il apporte peu de sensations fortes et surtout peu de connaissance (érudits que nous sommes !). Alors voilà, quitte à faire les choses, faisons-les en grand. C’est avec cet état d’esprit que ces studios ont été installés. Pas une seule attraction n’est lassante. Les manèges en 3D sont d’une réalité déconcertante. A bord d’une véhicule qui ne se déplace pas mais qui secoue énormément, vous serez effrayés par les robots de Transformers, le combat de King Kong et d’un T-Rex ou encore par les Simpsons (oui, oui, c’est possible). Et pour les plus courageux d’entre vous qui ne craignent pas l’eau ni les courants d’air, on conseille Shrek en 4D où l’expérience est également sensorielle, afin d’ajouter du réalisme.

Mais les Universal Studios c’est aussi (et surtout) un voyage enrichissant sur le monde du cinéma. Un des spectacles renseigne par exemple sur les différents effets spéciaux utilisés par le septième art, il y a également un bus permettant de faire le tour des différents studios durant 45 minutes. Vous aurez l’occasion de voir un mini New York, le quartier où les Desperates Housewives vivent mais aussi les plateaux utilisés pour des films comme King Kong ou Fast and Furious. Au fur et à mesure de l’avancé, on se rend compte que les réalisateurs manient notre esprit à chaque instant.

S’il vous venait l’envie de prendre une douche, vous pourrez vous rendre au spectacle live de WaterWorld qui fait appel à deux éléments : le feu et, je vous le donne en mille … l’eau ! Les cascades des personnages et les explosions sont tout à fait prodigieuses, bien que le scénario soit assez bancal. Ce qui laisse une note amère au creux du gosier, c’est la quantité d’eau que tout ce beau monde expédie sur le public au gré de ses péripéties. Mesdames, un petit conseil : rangez précieusement votre haut Abercrombie ou achetez-vous une magnifique combinaison jaune fluo pour vous protéger. Le ridicule ne tue pas.

Pour ceux qui sont encore réservés et qui apprécient davantage les vrais manèges, qui bougent vraiment, les organisateurs ont pensé à vous ! Allez à Jurassic Park où vous tomberez d’une cascade de 30 mètres. Encore de l’eau, toujours de l’eau. Il y a également la revanche de la momie qui procure des sensations fortes mais qui est un manège beaucoup trop court.

Et si vous souhaitez un petit moment de détente après tant d’action, un spectacle vous est offert par les acteurs animaux. Spectacle qui est –soit dit en passant – très cocasse et mignon. Les amateurs de musique ne sont pas en reste et peuvent se délecter et même danser devant la performance des Blues Brothers.

Image« Le soleil couchant est un artiste de génie. » – Dominique Rolin.

Santa Monica Pier. La journée n’est pas encore finie ! Le soleil va bientôt se coucher, et il faut se hâter pour le considérer depuis le ponton de Santa Monica. Rythmé par la voix de quelques chanteuses, l’astre du jour disparaitra lentement à l’horizon, dans une étendue mauve. C’est le moment idéal pour dire à votre famille que vous l’aimez ou déclarez votre flamme à l’élu de votre cœur. Ou simplement apprécier le charme de l’instant présent, oisif, bienheureux.

Allez, ne nous étendons pas dans des formules à l’eau de rose plus longtemps. Vous verrez par vous-même si vous vous rendez à Los Angeles. Et si ça a déjà été le cas, j’espère que vous avez su saisir la magie qui se dégage de certains endroits.

Jami.