Etant donné que 90% des lecteurs ne verront pas l’allusion historique à laquelle ce titre fait référence, je me permet de faire un point culture G tout de suite :

De quoi briller lors de votre prochain repas de famille dominical…

Non, nous n’avons pas passé la soirée d’hier dans un camp d’exercice militaire, quoi que braver le froid sibérien pour venir au Back up relevait du parcours du combattant. Des cernes, des ampoules et de la sueur… voilà tout ce qu’il reste de la nuit du vendredi 25 Janvier 2012. Vous avez dis tout ? Oui, tout… A part le doux souvenir de ces moments passés entre amis, les palpitations endiablées des enceintes de la boîte, rythmant à l’unisson l’incroyable foule présente ce soir là et les 120 kilogrammes de viande (presque) fraîche qui se trémoussaient sur l’estrade dans leurs emballages en sky noir (on ne se refait pas…).

Alors que ma 5ème dose de caféine achève de me réveiller, les images empreintes dans ma mémoire refont surface comme les haut-le-coeur après une before bien arrosée. Ici des semi-hommes hypnotisaient la foule de leur pas enjoués. Là, des géants de fer armés jusqu’aux dents. Ailleurs encore, ces « sirènes » qui envoûtaient les détenteurs de gonades mâles, couramment appelées « paire de couilles ».  Le sifflement qui résonne dans mes tympans me replonge dans l’ambiance électrique du dancefloor. Électro, hip-hop, zook… le mix était, à mon goût, un mélange de « trop » et « pas assez », quoi de mieux comme preuve de réussite ?

Tout ça pour dire que, encore une fois, Rémy Abouchakra et son équipe n’ont pas manqué d’inventivité. Promesse tenue pour le BDE : hier, c’était « la guerre ». Et il n’a pas peur Mr President : « Alors comment avez vous trouvé la soirée d’hier ?😀« . « Terrible »« violente », « frappante » (quand je vous disais que c’était la guerre je ne rigolais pas), les avis font tous un seul et même son de cloche.

Photo : Loïc LM
Photo : Loïc LM

La soirée post-partiels : une réussite !

Thomas