L’histoire d’un tatouage pour la plupart d’entre nous c’est beaucoup de réflexion et ensuite beaucoup d’attente : « Non ma fille tu ne te feras pas tatouer, tu as 14 ans ». Forcement à la prise du rendez-vous c’est l’euphorie qui nous domine. C’est après que les choses se gâtent.

J-3 : J’hésite, je ne sais plus trop ce que je veux me faire tatouer même si cela fait des lustres que je le clame sur tout les toits ! Et puis surtout j’angoisse à mort pour dire les choses comme elles sont. Ce ne sont certainement pas les récits que je peux trouver sur le net qui me rassurent : tatouage loupé, ancre qui bave, aiguille non stérilisée etc.… Alors je demande à ceux qui sont déjà passé par là autour de moi de me raconter «  mais non Lyly ça fait pas mal », « ça se passe super bien ! » Mouai, enfin bon je me méfie des grands sourires quand même.

J-J : Je n’ai plus le choix et une fois rentré dans la boutique c’est une excitation fiévreuse qui s’empare de moi. Je ne pense plus qu’à une chose et ce n’est pas fuir (même si à un moment ça m’a effleuré l’esprit) : ressortir-enfin-tatouée. Le mec met du temps pour tout installer, tout m’expliquer, se désinfecter les mains plusieurs fois et ça me met en confiance. Angoisse envolée ! Me voilà assise face au tatoueur, le bras tendu et je me tiens prête à souffrir. Quand l’aiguille s’enfonce dans la peau, ça pique un peu, je serre légèrement les dents mais « ah bah non ça fait pas mal ! », « la peau ne se déchire même pas ? Vraiment n’importe quoi doctissimo ! » Dans ma tête ça mouline et pendant ce temps le dessin prend forme et j’ai à peine le temps de dire ouf que le tatoueur relève la tête me regarde dans les yeux et m’annonce que c’est fini en ajoutant avec un grand sourire « bienvenue parmi nous »

J+3 : Autant vous rassurer de suite, mon tatouage est toujours aussi beau. Je passe mon temps à le bichonner. Le tatoueur à insisté «  la cicatrisation c’est le plus important ! » alors forcement je respecte les consignes. Et elles sont plutôt nombreuses, ne pas porter de laine à même le tatouage, ne pas prendre de bain, ne pas aller à la piscine, laver le tatouage avec un savon neutre, l’hydrater deux fois par jour… En réalité la véritable angoisse elle est maintenant, « et si la peau faisaient des croutes ? Si l’encre ne s’éclaircissait pas comme il faut ? Si je faisais une réaction allergique ? Pire, et si la peau gonflait ? » Pour le moment tout est parfait, allez ma vieille, dans deux semaines tout sera fini et tu pourras profiter de tout ça pour le restant de ta vie.

Lyly