Le 8 octobre dernier est sorti sur nos écrans le dernier bijou de Xavier Dolan, réalisateur québécois dont le nom est désormais sur toutes les lèvres. Véritable phénomène et Prix du Jury du Festival de Cannes, nous nous sommes rendues rien que pour vous (ok, aussi un peu pour nous en tant que fans inconditionnelles de Dolan) à l’avant-première du film au Mk2 Bibliothèque en présence de l’équipe du film : le réalisateur Xavier Dolan, et les acteur Anne Dorval, Suzanne Clément et Antoine-Olivier Pilon.

539215.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

10649828_10152757594374662_4071562354235484287_n

Xavier Dolan, jeune talent aux multiples facettes, est un acteur, réalisateur, costumier, scénariste… Ce cinéaste autodidacte et pluridisciplinaire âgé aujourd’hui de 25 ans n’en est pas à son premier coup de génie puisqu’avec la sortie de Mommy, il compte en tout cinq réalisations à son actif.

mommy

Mommy c’est l’histoire d’une mère veuve (Die) qui doit élever seule un adolescent victime de trouble du déficit de l’attention et hyperactivité, violent et impulsif (Steve). La mère et le fils vont faire la rencontre d’une voisine des plus énigmatique (Kyla). Ensemble, ils vont trouver un équilibre et redécouvrir l’espoir en la vie, qui ne les a pas toujours aidé.

mommy 2 mommy 3 mommy 1

Alors, Mommy est-il véritablement la révélation cinématographique du mois d’octobre ? Voire de l’année?! On vous fait part de nos impressions.

Bien installées dans nos sièges, on attend avec impatience de pouvoir enfin découvrir les premières images du film. L’équipe n’a pas le temps de descendre les marches qu’ils sont déjà accueillis par une véritable standing ovation, avant-même que le film n’ait été visionné. L’équipe remercie son public français et nous fait part de tout l’amour qu’ils ont mis à réaliser cette œuvre.

La salle est ensuite plongée dans le noir, nous voilà partis pour 2h20 de sensations fortes. Ce film à l’esthétique hors-norme nous dépeint la vie de ces trois protagonistes sous un format carré 1:1. Grâce aux gros plans, on est transportés au coeur de l’intrigue, on se concentre sur les personnages et leur émotions, en oubliant tout ce qui est secondaire. La bande son, toujours soigneusement sélectionnée dans les films de Dolan, nous transporte, décuple nos émotions, c’est un véritable jukebox des tubes qui ont accompagné notre génération (White Flag de Dido, Wonderwall d’Oasis ou encore Born to Die de Lana del Rey) accompagnant tous les moments forts de Mommy.

493467.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Les lumières et l’esthétique des plans évoquent le rêve californien, alors que nous sommes pourtant dans la banlieue défavorisée Montréalaise.

528590.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

068027.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

443607.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Xavier Dolan dans son film ne veut pas montrer la tristesse de leur quotidien, non. Il montre à travers ce film la beauté d’une vie simple, d’un amour inconditionnel entre une mère et son fils et la place que peut apporter l’amitié dans les situations les plus désastreuses. Pendant le film, on rit aux éclats dès que la colérique Die nous balance des punchlines en joual (dialecte québécois atypique pour ne pas dire  incompréhensible) et que le fils en rajoute une couche. On aime la simplicité de Kyla, la douce et timide voisine qu’on voudrait prendre dans nos bras tant le rôle qu’elle adopte est touchant. Steve, le fils en question nous attendrit par son charisme, son humour et l’attachement qu’il porte à sa mère, et nous choque aussi, lors de ses crises durant lesquels il perd tout contrôle. Ce méli-mélo de dialogues justes et forts nous font donc passer par une palette d’émotions très vaste, et c’est ainsi que l’expression « passer du rire aux larmes » prend tout son sens.

En effet, on pleure aussi, beaucoup… Parce que c’est aussi un combat poignant pour ces trois personnes qui vivent ensemble, un combat contre les intempéries de la vie.

10710982_970035979689981_232263244620347430_n

Mommy c’est l’espoir, l’amour, la nuance, la richesse, la profondeur, la beauté, la violence, l’humanité, les sentiments, où tout se mélange et tout explose. C’est sombre, c’est lumineux, c’est infiniment triste et prodigieusement drôle.

En sortant de la salle, vous êtes chamboulé… Ce n’est pas pour rien que les critiques qualifient ce film de véritable « ascenseur émotionnel ».

Mais il est impossible de parler de Mommy sans en réduire l’impact, alors ce qu’il faut retenir cet article, c’est que c’est un film à ne surtout pas manquer, c’est une perle rare. La rédac’ a adoré, et vous conseille vivement d’aller voir Mommy !!!

Gp44Q

Manuela et Alice