23 ans après leur premier sacre Africain, les éléphants emmenés par le néo-citizen Wilfried Bony en grande forme tout au long de la compétition, ont décroché la seconde Coupe d’Afrique des Nations de leur histoire, aux dépends du Ghana. Au terme d’une partie durant laquelle l’enjeu a prit le pas sur le jeu lui même, les Ivoiriens se sont imposés après une séance de tirs aux buts aussi improbable qu’impressionnante (9 tirs aux buts à 8).

Trophee-de-la-Cote-d-ivoire-1280x640_scalewidth_640
Les Ivoiriens célébrant leur victoire (crédit photo : europe1.fr)

Malgré la domination Ghanéenne au cours du temps réglementaire, la défense Ivoirienne a tenu, sous l’impulsion d’un Kolo Touré au plus que parfait, à l’image de son exceptionnelle compétition, et de l’improbable héros du soir dont on reparlera plus tard : le gardien Ivoirien Copa Barry.

copa-barry
Le tir au but de la victoire pour le héros de la soirée (crédit photo : http://i0.wp.com)

Tétanisés par l’événement, et probablement par l’éventualité de perdre une troisième finale depuis le sacre de 1992, les Ivoiriens sont peu entreprenants (hormis pendant les 15 premières minutes) et se contentent essentiellement de repousser les assauts ghanéens, à qui ils abandonnent la possession du ballon pour l’ensemble de la partie.

CAN2015-Finale-CIV_Ghana-0006
(Crédit photo : http://news.aniamey.com)

Cependant, force est de constater que les attaquants « black stars » ne concrétisent pas cette possession stérile et multiplient les erreurs techniques (au même titre que des Ivoiriens qui semblaient d’ores et déjà se préserver pour d’éventuelles prolongations).

On aurait presque envie de dire que, comme prévu, les deux équipes s’embarquent donc pour 30 minutes supplémentaires. Dans la continuité des 90 premières minutes, les prolongations sont marquées par un relatif manque d’engagement, relativement logique lorsqu’il s’agit d’une finale de cette importance. C’est donc aux tirs aux buts que les deux équipes vont se départager, et bien malin sont ceux qui avaient deviné à quel point cette séance allait être haletante.

drogba-video-can-foot
Dider Drogba, qui a récemment anonncé sa retraite internationale, est lui aussi devant son poste pour soutenir sa nation. Crédit photo : http://scd.france24.com

C’est pourtant le Ghana qui prend le meilleur départ (en tirant les premiers), à tel point qu’on pouvait se demander si la partie n’était pas déjà terminée alors que le score était de 2 tirs aux buts à 0 après les deux premiers essais ivoiriens ratés.

Mais c’était sans compter sur le réveil de MONSIEUR Copa Barry, le gardien Ivoirien, qui redonne espoir aux siens après un premier arrêt, suivi par un raté ghanéen qui permet aux éléphants de revenir à 2 partout. La séance est relancée, mais le momentum, lui, a bien changé de camp. S’en suit alors un mano à mano impressionnant entre les deux équipes qui transforment 6 tentatives consécutives, portant alors le score à 8-8.

a-GERVINHO-640x468
Gervinho dos à l’action, trop stressé pour regarder la séance.

10 tirs aux buts effectués par les deux équipes, c’est donc logiquement aux deux gardiens de s’avancer pour tenter leur chance. L’ascendant psychologique semble être à l’avantage de gardien Ivoirien qui multiplie les intimidations et feint (ou pas) d’être victime de crampes. C’est au gardien ghanéen de tirer en premier ; ce dernier s’avance sans grande conviction, et presque logiquement, Copa Barry stoppe la balle sur sa ligne. Le stade explose tandis que les joueurs Ivoiriens tentent tant bien que mal de cacher leur excitation, à l’image d’un Gervinho refusant même de regarder l’issue de la séance.

Il ne reste donc plus qu’à Copa Barry, gardien quelques peu décrié et pas même titulaire au début de la compétition, de s’avancer pour offrir aux Ivoiriens le titre qu’ils attendent tant, depuis 1992. L’histoire était trop belle pour ne pas se réaliser, le portier des éléphants transforme son tir et toute la nation Ivoirienne peut désormais exulter, son équipe a rompu la malédiction.

Hervé Renard devient ainsi le premier entraineur à remporter la CAN avec deux nations différentes, après son sacre avec la zambie en 2012.

Pierre