Le jeudi 1er octobre, l’IUT Time était invité à la nouvelle production de Dove Attia : La Légende du Roi Arthur : quand l’amour change le cours de l’histoire.

Affiche officielle de La Légende du Roi Arthur.
Affiche officielle de La Légende du Roi Arthur.

Après le succès des comédies musicales Le Roi Soleil, Mozart l’Opéra Rock et 1789, les amants de la Bastille, Dove Attia revient avec une nouvelle production racontant la célèbre légende du seigneur breton qui aurait organisé la défense des peuples celtes depuis son siège royal à Camelot.

Pour les têtes d’affiche, les producteurs ont misé sur des jeunes talents : Fabien Incardona, participant de l’émission Rising Star 2015, dans le rôle de Méléagant, nous fait vibrer à travers sa voix impressionnante, tantôt homme, tantôt femme. Le jeune et talentueux Charlie Boisseau, connu pour avoir participé à la saison 3 de The Voice, interprète Lancelot.
Font également partie du casting la chanteuse Zaho, connue notamment pour sa chanson « C’est chelou », dans le rôle de La Fée Morgane, et Florent Mothe, déjà tête d’affiche dans Mozart l’Opéra Rock, dans le rôle de Salieri. Camille Lou, Olympe dans le spectacle Les amants de la Bastille, interprète quant à elle la Reine Guenièvre, femme du roi Arthur. Enfin, David Alexis incarne le fameux Merlin l’Enchanteur, après avoir triomphé dans le rôle du professeur Abronsius dans Le Bal des Vampires.
Rythmé par une mise en scène originale et vivante, ainsi que des partitions entraînantes, le spectacle mêle histoires d’amour et querelles autour d’une légende mythique remontant à des millénaires.
Le personnage de Gauvain, interprété par Thomas Ronzeau, amène une touche de légèreté et d’humour au scénario.
Les nombreux décors (la ville de Camelot, la chambre de Guenièvre…) changent au rythme des scènes. Des modules mobiles ont été créés pour changer facilement de décors. Le petit plus se trouve dans la projection de vidéos qui amènent vie, couleurs et diversité au décor. Ces effets 3D donnent un réel effet de profondeur et font vivre davantage le spectacle.

12083944_10208290671692647_557821057_n

Toujours par rapport à la scène, petit bémol. Les fosses d’orchestre n’ont pas été bouchées, ce qui crée une distance entre le public et les comédiens. De plus, elles ne sont que très peu utilisées : des trampolines ont été installés mais n’interviennent que peu dans le jeu de scène.

Pour ce qui est de la danse, une quarantaine de danseurs bougent leurs corps au milieu de ce beau décor. Cependant, les danses peuvent parfois être monotones, pas suffisamment diversifiées dans les mouvements et assez répétitives. Notons tout de même leur talent certain !
Tout au long du spectacle, des danseurs se promènent dans la salle avant leur entrée en scène, ce qui instaure vraiment un lien entre l’histoire et le spectateur. Petite originalité : la production a fait appel à un danseur unijambiste, ce qui donne lieu à des chorégraphies impressionnantes.
Les costumes ont été confectionnés avec minutie, et créent un lien entre l’époque du roi Arthur et la modernité de la musique rock qui règne dans ce spectacle.
Durant deux heures et demi, le public est plongé dans une ambiance joviale. Les chansons nous portent facilement dans l’épopée d’Arthur et à la fin, le public a le plaisir de pouvoir chanter à tue-tête avec les membres de la troupe au moment du salut final.

12067820_10208290671852651_1764009847_n

Nous retiendrons la performance de Zaho, que l’on n’aurait pas imaginée si bonne dans une comédie musicale. Chacun des personnages principaux apporte sa touche personnelle à la réussite du spectacle. Cinq comédiens et chanteurs de talent, dont la fusion offre une belle production.

La comédie musicale se jouera jusqu’au 3 janvier 2016 au Palais des Congrès de Paris (http://www.lalegendeduroiarthur.com) et sera en tournée dans toute la France.

Tarifs : à partir de 25 euros.

Marjorie Lebreton et Lucie Aucante