Facebook décide de s’attaquer au Bon Coin et à Craigslist (l’équivalent du Bon Coin américain), une nouvelle affaire pour le marché des petites annonces en ligne.

« C’est une extension naturelle du réseau social », estime Colin Sebastian, du courtier RW Baird.

facebook-lance-facebook-marketplace-blog-digitalytic

Lundi 3 octobre, le géant des réseaux sociaux a dévoilé une nouvelle plate-forme de petites annonces entre particuliers.  Elle se retrouve être une rivale directe des deux leaders incontestés du marché, en France et aux États-Unis.

Baptisée « Marketplace », la fonctionnalité ne sera dans un premier temps disponible que dans quatre pays : les États-Unis, le Royaume-Uni, l’Australie et la Nouvelle-Zélande. Elle ne sera par ailleurs présente que sur l’application de mobile de Facebook sur iPhone et smartphones Android. Cependant, l’entreprise de Menlo Park promet un lancement sur de nouveaux territoires « au cours des prochains mois ». La France serait d’ailleurs un lieu stratégique afin d’établir une véritable concurrence avec Leboncoin. Le marché Américain attire énormément la clientèle française depuis le phénomène d’américanisation. Elle promet aussi une version pour ordinateurs assez rapidement.

fb-marketplace-hed-2016

L’objectif de l’appli:

Concrètement, le service affichera les objets mis en vente par des personnes près de chez vous et dans le même temps, de générer facilement des listes de produits à vendre côté utilisateur. Divers filtres permettent d’affiner une recherche en terme de catégorie, localisation ou prix. Evidemment, vendeurs et acheteurs pourront se mettre immédiatement en relation mais le paiement ne passera pas par Facebook.
Ce dernier ne proposera pas non plus de système de notes ou de vérification pour évaluer les vendeurs (comme sur eBay et les autres), ce qui pourrait permettre à des escrocs de passer plus facilement entre les mailles du filet.

Un imprévu de taille:

À l’ouverture de MarketPlace l’application a été prise d’assaut en deux jours par des offres de ventes plus absurdes les unes que les autres, frôlant parfois l’illégalité. Un phénomène que le réseau social n’avait (peut-être) pas prévu. On peut en effet trouver des annonces de divers drogues, d’armes à feu ou encore d’animaux en tous genres (bébés hérissons, pythons..)
La directrice des produits de Facebook a rapidement fait une annonce à ce propos :
« Nous sommes en train de travailler pour résoudre le problème et nous allons contrôler de près notre système pour s’assurer que nous aurons correctement identifié et supprimé les annonces illégales avant d’élargir l’accès de Marketplace à plus de personnes. »

facebook-marketplace-guns-animals-drugs

Il semblerait que le problème ait été réglé mais la plateforme possède encore quelques « problèmes techniques ». Ce n’est encore qu’une phase de test, une version bêta, qui permettra à Facebook d’améliorer au maximum son MarketPlace. Il pourra ainsi le lancer à l’international pour qu’il puisse devenir une référence en terme de marché en ligne entre particuliers et concurrencer aisément Le Bon Coin ou Ebay

 Louise Barriere